Forum de test de Dreamzz
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dreamzz
Admin
Admin
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Contexte    Jeu 27 Sep - 15:31

Blog

It's my life!

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Parce que je pense beaucoup, peut-être un peu trop. Enfin, Tout ça, ça ne sera que du blabla sur tous les trucs qui me passent par la tête. Si vous vous retrouvez étourdis, c'est normal xD



SOS Terre!

Depuis quelques années, le débat du réchauffement planétaire est engagé. Bien que plusieurs reconnaissent que le rythme de la vie humaine ab[ime la plantète, peu lutte réellement d'autre mannière qu'en recyclant et en économisant un peu sur l'eau. Ce problème grandissant atteindra bientôt une telle ampleur que le processus sera irréversible. La question n'est plus de savoir comment arrêter le dérèglement climatique, mais plutôt, comment le ralentir. Le point de non retour a déjà été franchi sans que rien ne change...

Combien de temps reste-il avant que les richesses en eau potable ne soient totalement épuisées? L'or bleu a toujours été considéré comme renouvelables, mais ça n'a jamais été le cas. Depuis les débuts de la planète Terre, la masse d'eau n'a jamais changé. C'est ce qui est dommage surtout que tellement d'eau potable sur le petit pourcentage qu'elle représente, passe dans la fabriquation du papier, des puces électroniques et autres trucs du genre.

Le nid du problème vient essentiellement du plus grand fléau qu'ait connu l'hmanité; l'argent. Pour s'arracher ses bouts de papier vert, les hommes se sont lancés dans l'industrie. Ça devient ridicule et dangereux pour nous tous. Mobilisons nous pour préserver la race humaine au mieux de nos forces!

[Ajouter un commentaire] [8 commentaires] [Partager]

#Posté le jeudi 20 mai 2010 10h53




Présentoscope
Novembre 2043 - Édition 32


Le projet Sommeil


Anne O'Nyme

Alors que la situation nous glisse entre les doigts, John Smith lance un projet hors du commun...

Depuis bientôt quartoze ans, nous ne pouvons plus sortir dehors sans porter notre masque d'oxygène... et la situation ne cesse d'empirer. Si cela continue, nous courons vers la fin de l'humanité. Il faut vite trouver une solution pour nous sauver tous.

Heureusement pour nous, le scientifique John Smith a lancé une idée qui pourra peut-être nous éviter le désastre. En travaillant avec son équipe de chercheurs sur la cryogénie, ils ont fait une découverte que l'on attendait depuis longtemps; maintenant, nous pourrions décongeler des corps humains sans qu'aucune cellule ne soit abîmée!
Toutefois, il est évident que cela ne règle pas tout notre problème... Le docteur Smith a donc poursuivi ses recherches et a développer son idée jusqu'à former le projet Sommeil. L'objectif est de faire tomber la planète en dormance. En éteignant temporairement la race humaine en la cachant toute dans des capsules de sommeil, la Terre pourra reprendre du poil de la bête et être prête à nous accueillir de nouveau. Tout ce qu'il lui faut pour se remettre sur pied, c'est juste un peu de temps. Et ces quelques siècles de repos, John Smith a trouvé comment les lui apporter.

Le projet en lui même est très simple. Il ne s'agit que d'installer une grande salle du sommeil à plusieurs endroits stratégiques du monde et d'y endormir tous les humains. Alors, selon
les calculs, le compte à rebours commecera et on ne se réveillera pas avant que notre temps soit venu.

Chacun des endormis sera muni d'un bracelet qui lui expliquera à son réveil ce qui s'est passé. D'ailleurs, aucun corps de vieillira de toutes ces années. C'est une véritable chance qui s'offre à nous de pouvoir tout recommencer à neuf sur une planète propre à nouveau. D'ailleurs, pour éviter de se retrouver face au même désastre que celui que nous vivons, de sévères lois seront mises en place à notre réveil.






Pour plus d'informations, p.6




Date d'enregistrement: 18/03/58

Un homme lisse ses cheveux avec nervosité. Il est grand et ses cheveux poivre et sel sont si collé à sa tête qu'in dirait qu'ils sont réellement courts. Il se trouve dans une pièce blanche, vide de tout meuble sauf la chaise sur laquelle il est assis.

    «Voilà bientôt quinze ans que je travaille sur le projet Sommeil. Je suis très heureux de voir enfin mes efforts aboutir. La vie de ma fille sera comme je l'ai toujours voulu. Toutes ces années passées à travailler pour lui bâtir un futur digne d'elle, un futur où elle souffrira pas à cause de l'air pollué... Quels parents ne désirent pas offrir à leurs enfants la meilleure vie qu'ils peuvent lui donner? Ma si précieuse fille... Elle ressemble tellement à sa mère... Ma pauvre Rosabelle... Elle aurait tellement aimé voir notre chère Miranda grandir... Pourquoi? Pourquoi alors que je leur bâtissais le meilleur des mondes...»


L'homme semble nostalgique pendant quelques instants. Il soupire et secoue la tête comme pour chasser de mauvaises pensées.

    «Enfin, tout cela n'a plus d'importance. Aujourd'hui, le rêve va s'accomplir. Tout ce que nous avons accompli jusqu'à présent se met enfin en place. C'est aujourd'hui que le Projet Sommeil prend son envol. Cela me remplit de joie. Rien ne pourra trouvler l'allégresse de cette merveilleuse journée. Déjà, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants ont été congelés. Tout cela grâce à notre équipe. Je suis fier de notre oeuvre. SAns aucun doute, il s'agira d'un succès.»


Il reste silencieux quelques instants. Alors qu'il va parler de nouveau, on entend une explosion derrière la caméra. Subitement, la vision montre celel de la pièce tournant sur elle-même. Puis, elle cesse de tourner. L'homme est debout sur le côté. Face à lui se trouve une femme blonde. Elle le dévisage de ses yeux verts.

    «Rosabelle...
    -John, arrête ça tout de suite. Il est encore temps.
    -Encore temps? Si personne ne fait rien, l'humanité mourra! Grâce au Projet Sommeil, des milliers de gens pourront vivre sur une planète regénérée! N'est-ce pas la meilleure chose à faire?
    -Et les quelques milliards de gens qui ne pourronyt pas être endormi à cause du manque de place? Tu as pensé à cette injustice? Pourquoi seuls les riches pourraient survivre aux cataclysmes qui vont bientôt s.abattre sur la Terre?
    -De toute façon, il faut bien que quelques uns soient sacrifiés. La planète ne survivrait pas à une autre population aussi nombreuse qu'en ce moment. Je fais tout ça pour le bien de Miranda.
    -Ce n'est pas comme ça que je voulais que ma fille survive. Pas en laissant d'autres mourrir. J'aurais aimé que tu puisses le comprendre...
    -Papa! Viens vite! Sinon les places qu'on nous a réservées vont être prise par d'autres!»


Une fillette de dix ans entre dans le champ de vision. Elle sourit de toutes ses dents à son père, son joli visage enfantin encadré de deux tresses dorées.

    «Va vite dans ta cabine ma puce. J'arrive, ça ne sera pas long.»


Il jeta un coup d'oeil en direction de la femme qui n'est plus où il l'a vue pour la dernière fois.

    «Papa!» fait la voix stridente de la gamine.


L'homme se tourne vers elle pour la voir sous l'emprise de la femme.

    «Rosabelle! Laisse-la! Elle n'a rien à voir dans tout ça!
    -Au contraire. On se dispute au sujet de la façon à agir pour la protéger et la rendre heureuse. J'ai autant de droits que toi pour protéger Miranda. Et je n'abandonnerai jamais ma fille.»


La fillette tremble de peur et jette un regard désespéré à son père.

    »Viens avec nous alors. Je peux te trouver une place dans la pyramide du sommeil.
    -Et Mikaël? Je l'abandonnerais à son propre sort? Jamais!
    -Voyons... Mikaël est... Il ne pourra pas survivre à notre réveil.
    -Ce n'est pas parce qu'il est paralysé des jambes qu'il est incapable de survivre à de dures épreuves. Jamais je n'abandonnerais ce garçon. Tu l'as déjà assez fait souffrir en l'empêchant de revoir Miranda alors que tu savais qu'il l'adorait pour que je le laisse à lui-même.
    -Laisse-moi Miranda. Sans elle, je ne suis rien, je n'ai plus aucune raison de vivre.
    -Papa, papa! Va dormir avec tes amis, je vais rester avec Mama. Puis, quand tu te réveilleras, je vais te faire un gros gâteau. Mama m'a promis de m'apprendre.»


La gamine sourit tandis que sa mère la lâche. Elle s'approche de son père en courant et passse ses petits bras potelés autour de son cou. Elle l'embrasse doucement et retourne auprès de sa mère.




Le dixième jour de printemps, soixante ans après la fin du monde

Mon nom est Miranda. Autrefois, j'avais un nom de famille, Smith, mais il s'est perdu dans le temps. Inéluctablement, je vois ma fin arriver à grands pas; il ne me reste plus beaucoup de temps pour transmettre mon savoir. Il faut que vous sachiez ce qui s'est passé, que notre histoire vous soit racontée par quelqu'un qui sait. De toute la plaète, je suis la seule survivante du désastre qui reste. Mes compagnons de fortune m'ont tous déjà quittés pour l'autre monde, celui de la mort. Il ne reste que moi pour partager mon savoir d'autrefois.

J'avais dix ans lorsque le Projet Sommeil débuta. Depuis quinze ans, mon Père, John Smith, travaillait à sa réalisation, en étant l'instigateur. Ce projet consituait à endormir la population de la Terre pour permettre à celle-ci de se remettre sur pied. Les hommes avaient trop abusé de ses ressources au point où elle se laissait mourrir. Seule une interruption du cycle et un recommencement pourrait tous nous sauver. Ou plutôt, sauver la planète et les quelques milliers de personnes assez riches pour se payer une place dans l'une des pyramides du Sommeil. Quand aux milliards d'autres personnes, ils seraient laissés à eux-même pour survivre. Bref, ils étaient laissés à mourrir.

Selon toute logique, j'aurais dû me retrouver dans une cabine auprès de mon père. toutefois, ma mère n'était pas d'accord à ce que je survive par la mort d'autres. À y repenser, je préfère ça ainsi. Je crois que je n'aurais pas aimé le futur. Enfin, je ne saurai jamais ce qu'il sera.

Peu après m'être enfuie de la pyramide du sommeil d'Amérique du Nord, ma mère m'emmena dans son repaire. En fait, elle était à la tête d'un groupe défendant les droits humains et cherchant une solution à la surpopulation. Leurs objectifs; permettre à ceux qui n'avaient pu se payer une cabine de congélation d'éviter de périr lors des cataclysmes qui s'abattraient sous peu sur la Terre. La plupart d'entre eux étaient plutôt riches et possédaient ce côté humaniste que peu de l'humanité entretenait encore. Rapidement, je me trouvai une nouvelle famille, si on peut dire et j'appris à connaître ma mère qui était disparue de ma vie alors que je n'avais que trois ans.

Je ne rencontrai pas qu'elle. Elle avait recueilli des années plus tôt, avant même ma naissance, un petit garçon, Mikaël. C'était le fils d'une de ses amies qu'elle avait perdu de vue suite à une mésentente. Celle-ci était dans une situation piètre et déplorable. L'homme avait qui elle avait eu l'enfant ne cessait de la battre et l'injuriait à tout propos. Ce qui était pire encore, c'était qu'il tabassait sans relâche et avec plaisir le pauvre bébé. Il ne faut pas se demander pourquoi il est paralysé en-dessous de la ceinture. C'est suite à cet incident que sa mère a décidé de ne plus l'exposer à la violence de son père en le donnant en adoption à quelqu'un de confiance; Rosabelle. Si vous connaissiez ma mère, cela ne vous surprendrait pas. Bref, à ma naissance, c'était mon grand frère attitré. Apparement, il m'adorait et prenait tout le temps soin de moi. Après tout, il avait douze ans de plus que moi. Évidement, je ne m'en souviens pas, j'étais trop jeune à l'époque. Alors que j'avais dix ans, il en avait presque vingt-deux. Certains auraient pu penser qu'il remplaça mon père, mais ça ne fut jamais le cas. Je l'aimais beaucoup, d'une manière un peu particulière; c'était mon confidant, mon meilleur ami, celui qui avait toujours une oreille compréhensive à tendre pour m'écouter déblater mes problèmes de fillettes sans s'en plaindre.

Quand j'eu seize ans, quelques mois plus tard, la fin du monde arriva. Du moins, ce fut ce que plusieurs considérèrent comme la fin du monde. Le moment pour lequel ma mère avait tant oeuvré arrivait enfin. Ils étaient prêts, mais ils ne l'étaient pas... Après tout, ils étaient si peu pour sauver l'humanité. Je passe toutes ces années de préparatifs pour commencer au jour où tout à chambouler pour ne jamais redevenir ce que c'était avant...

Citation :
La terre trembla doucement, puis une secousse plus violente que celles qui s'étaient jamais fait sentir nous déstabilisa et me fit tomber sur le sol. Je me serais cogné la tête si Mikaël ne m'avait pas attrapée juste à temps.

«Mira? Ça va?» me demanda-t-il, la voix inquiète.

J'hochai affirmativement de la tête et souris doucement. Apparement, ce que ma mère attendait avec anxiété devenait réalité. Je me relevai lentement, prenant bien soin de m'appuyer contre quelque chose de solide qui ne me lâcherait pas en cours de route. D'autres tremblements nous secouèrent, mais aucune aussi forte que celle-là. Je me retrouvai derrière la chaise de mon confident et je me mis à la pousser. Je voulais avant tout aller aider ma mère à préparer le reste, mais il fallait que je mette Mikaël en sureté. Dans sa condition, il n'avait aucune chance de survivre sans l'aide de quelqu'un. En même temps, je savais que ce n'était qu'un prétexte. Ma mère savait très bien que je désirais plus que tout l'assister durant les opérations, mais comme tout parent, elle s'inquiètait trop à mon sujet. Elle voulait me protéger et m'éloigner du danger.

«Je vais te mener à l'arche et après, j'irai donner un coup de main à Rose. D'accord?»

Il secoua la tête. Je sentais sa réprobation, mais il savait que je n'en ferais qu'à ma tête. J'étais une adolescente comme les autres; je croyais savoir tout faire et être assez responsable pour agir comme une adulte. Enfin, c'est des idées qu'on se fait alors que nous sommes jeunes et que toute la vie s'étend à nos pieds. Comme une sotte, je m'y croyais déjà et j'empiétais dans les plates-bandes des adultes. En même temps, la cour des grands semble toujours mieux que celle des enfants...

Lorsque nous arrivâmes devant l'Arche, je poussai un soupir; ce serait long, vivre confiné dans ce truc. Quoique... C'était mieux de vivre enfermée dans une haute tour que d'être morte. Cette haute prison, pour moi, était ce à quoi travaillait ma mère depuis mon retour dans sa vie. Des années durant, des tas de gens ont abandonné leurs travaux pour contribuer à l'érection de ce bâtiment. Malheureusement, il n'y en avait qu'un seul. Le nôtre, notre refuge. Des centaines de chambres avaient été construites s'étalant sur plusieurs étages. De toute la planète, c'était le bâtiment le plus solide. Avec les pyramides du sommeil. L'avantage, c'était qu'on y avait installé un étage complet réservé à l'agriculture. Ma mère, qui était architecte, était plutôt fière des plans qu'elle avait dessinés. Des centaines de gens pourraient être sauvés... C'était un peu son rêve de pouvoir aider le plus de gens possible. Je me demandais parfois si elle était consciente qu'elle apportait déjà beaucoup de bonheur aux gens juste avec ses sourires... Ce n'était pas suffisant pour elle j'imagine. Dommage que mon père n'ait pas été là pour nous voir grandir à travers les épreuves... Mon pauvre père que je ne verrais plus. Quand je l'ai quitté, j'étais trop jeune pour comprendre que lorsqu'il se réveillerait, je serais déjà morte depuis longtemps...

Monter à la chambre de Rosabelle avait réservée pour Mikaël, elle et moi, me parut prendre une éternité. Pourquoi devions-nous nous réfugier si haut et pourquoi l'ascenseur progressait si lentement. On aurait dit un escargot malade et agonisant.

«Calme-toi Mira. Nous sommes presque rendus.»
-Excuse-moi Mik... Je suis un peu nerveuse à l'idée de partir aider ces gens...
-Tu ne crois pas que Rose préfèrerait que tu restes à l'abri? Elle craint tellement que quelque chose t'arrive... Et à y repenser, moi aussi, je m'inquiète pour toi.
-Ne te bile pas! Je sais ce que je fais!»

La porte de l'ascenseur s'ouvrit doucement et je poussai Mikaël jusqu'à la chambre.

«Souhaite-moi bonne chance!»

Je m'éclipsai avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit. J'étais légère comme une plummeet j'allais bientôt sauver des gens. Peut-être même un prince charmant!

Quand je me retrouvai dehors, non seulement la terre tremblait, mais il y avait déjà un pied d'eau dans les rues et il pleuvait des cordes. Pendant à peine quelques secondes, j'eu une doute; serais-je vraiment utile? Je chassai toutefois ces pensées pour me concentrer sur ma tâche. Je parcourru les rues avoisinantes, m'assurant que personne n'avait été oublié tout près. C'est alors que parvint à mes oreilles les pleurs d'un enfant. Sans réfléchir, je fonçai dans la direction d'où provenaient les sanglots. J'avais de l'eau par-dessus les genoux, mais ça ne m'empêchait pas d'avancer à un bon pas. J'arrivai devant un bloc appartement à quelque distance de l'Arche. Les pleurs paraissaient venir du dernier étage. Sans trop réfléchir, j'entrai à l'intérieur. Je voulus prendre l'ascenseur, mais il était hors d'usage. Ne restait qu'à prendre les escaliers. Dis minutes était passées lorsque j'arrivai au dernier étage. Toutes les portes étaient ouvertes, laissant les maisons libres au premier pilleur qui passerait. Toujours en quête du bébé, je suivis la voix et entrai dans un appartement.

À l'intérieur, c'était un vrai foutoir. Je n'avais jamais vu un endroit aussi mal propre. En même temps, qui prend le temps de tout ranger quand c'est la fin du monde? Je ne crois pas qu'il y en ait beaucoup. Enfin, j'avançai péniblement entre les décombres de la maison avant de me retrouver à la source du bruit. La télévision était ouverte. Les pleurs venaient de ce petit écran. C'était une émission pour enfant qui avait eu un bug et ne cessait de se répéter. Je me trouvai sotte de m'être laissé prendre. Maintenant, je devais vite descendre et retourner à l'Arche. Sinon, c'en était fini de moi.

Quand je me retrouvai en bas, l'eau avait tellement monté que j'en avais par-dessus la taille. Je ne pensais pas que le monde allait finir inondé. J'aurais plutôt opté pour un ouragan ou un truc du genre. Finalement, l'Arche portait bien son nom... En m'avançant, je sentis du courant circuler dans le sens contraire duquel j'avançais. Ma progression s'en trouvait alors ralentie, surtout que des débirs de toute sorte valdinguaient dans tous les sens, menaçant de me frapper.

«Miranda!»

Je levai la tête quelques secondes et aperçut ma mère sur le balcon de l'Arche. Ce fut ce qui causa ma perte. Un gros objet me percuta et je chutai. SAns que j'aie le temps de faire quoi que ce soit, je me retrouvai immergée sous l'eau, asphyxiée. Jamais je ne me suis sentie si près de mourrir. Je perdis rapidement conscience de ce qui se passait.

«Vite! Y a-t-il un médecin parmi nous? Cette femme est gravement blessée!»
-Et la gamine, elle?
-Elle a bu la tasse, mais elle devrait s'en sortir... L'important, c'est de s'occupper de la femme. Elle a perdu beaucoup de sang.»

C'est tout ce que je peux me souvenir d'après mon accident. Ma conscience ne m'est revenue que cinq jours plus tard. Mikaël était à mon chevet. Lorsque j'ouvris les yeux, il poussa un soupir de soulagement. Je me sentais si faible... Apparement, j'avais été saisie d'une forte fière qui m'avait fait délirer.

Après avoir été auscultée par un médcin réfugié avec nous, je demandai à Mikaël où était ma mère. Il me regarda avec un air sombre. Automatiquement, je sus que quelque chose clochait.

«Mira... J'aurais préféré ne pas avoir à t'annoncer une telle nouvelle...»
-Comment?
-Elle a reçut une poutre sur la tête en allant de chercher.»

Je restai muette devant cette nouvelle. Mon imprudence et ma désobéissance avaient causé le décès de ma mère. Pourtant, je n'arrivais pas à pleurer.

«Y a-t-il d'autres pertes?
-Malheureusement, le premier étage a été entièrement inondé. Malgré les efforts de tout le monde, l'eau ne cesse de monter... La situation n'est plus en contrôle.
-Nous allons la redresser du mieux possible.
-Mira...
-Ma mère ne sera pas morte pour sauver une incapable.
-Je serai toujours là pour te supporter.
-Merci Mik. Tu es depuis toujours l'une des personnes les plus importantes pour moi.»

Je lui souris et ce fut peu après que je remplaçai ma mère au sein de l'organisme pour lequel elle s'était battue. Malheureusement, l'Arche ne combla pas nos espérances. Seule une dizaine d'entre nous survécu à la catastrophe. À la fin, il n'y avait que le dernier étage d'intact. Beaucoup moururent noyés, mais la majorité périt de maladies. Nous avons dû passer quatre ans enfermés dans l'Arche avant de pouvoir sortir. Les catastrophes s'enchaînaient sans arrêt. Quand nous quittâmes notre refuge, la Terre avait tellement changé qu'elle était méconnaissable. Jamais nous n'aurions pensé nous retrouver devant une telle situation...

Je vais essayer d'être concise pour la suite. Peu après notre sortie, nous avons croisé un bateau d'échoué. Il était énorme et une quarantaine de gens provenant de différents pays s'y trouvaient. Quand à la pyramide où était mon père, on ne l'a plus jamais revu. Avec les rescapés du navire, nous avons essayer de survivre. Et nous avons réussi. Aujourd'hui, de nous tous, il ne reste que moi, mais nos enfants eux vivent. J'imagine que vous pouvez vous en douter, mais Mikaël et moi, nous avons fini ensemble. D'ailleurs, au vu de notre détermination et de notre courage, nous avons été nommés les chefs de notre petit groupe. Depuis ce temps, nous vivons en harmonie avec la nature. À la fois, nous essayons de renseigner notre descendance le plus possible sur le passé et combien il est important de ne pas causer de tort à notre planète...




Des années plus tard, la Terre reprenait enfin du poil de la bête, mais pas l'humanité. Au contraire, la poursuite de l'Utopie a emmenée encore plus de conflit. De par les différences entre tous les gens, il était impossible de satisfaire tout le monde. Tous, au fond de nous même, nous avons des rêves qui différencient de ceux des autres. Dans le but de voir les leurs se réaliser, tous se disputèrent, ne songeant plus au bien commun. C'est à ce moment qu'un nouveau groupe se créa. Chronos Soldiers. Composé d'uniquement quelques membres, ce groupe se démarqua des autres par ses actions et devint très vite respecté au sein des autres, jusqu'au point de contrôler les membres du conseil. Ils ont rapidement perdu de leur popularité, mais leur pouvoir était bien trop bien assis pour pouvoir être évincé comme ça. C'est ainsi qu'ils règnent toujours en maitres sur Terre bien que leur nombre soit restreint. Pourtan, quelque chose devait venir les ébranler. Alors qu'ils maintenaient la population actuelle ignorante du passé, des endormis ont commencé à se réveiller et à parler de l'ancien mode de vie terrien. Que se passera-t-il et quel odieux plan mijotent les Chronos Soldiers pour se servir des revenants du passé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamzz-hime.grafbb.com
 
Contexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamzz Hime :: Utopian dreams-
Sauter vers: