Forum de test de Dreamzz
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Contexte du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dreamzz
Admin
Admin
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 23

MessageSujet: Contexte du forum   Sam 3 Mai - 15:59

Il était une fois...

C'est ainsi que toute histoire commence


La journée a été épuisante. Ce matin vous avez renversé tout le contenu de votre tasse à café sur votre chemise neuve. Une fois changé, vous avez réalisé que vous vous étiez levé une heure en retard: évidemment, c'était le changement d'heure hier et vous avez oublié d'avancer l'heure. Du coup, il était trop tard pour se refaire une tasse et cet ainsi que le précieux liquide est resté dans le fond de la cafetière. Trop génial. Vous êtes arrivés en retard au travail, à moitié endormi. Votre patron vous a gueulé dessus pour faire changement des 366 autres jours de l'année - oui c'est bissextile cette année. Une pile énorme de paperasse vous attendait. Vers dix heures et demie, le manque de café dans vos veines commence à se faire sentir cruellement. Onze heures. C'est enfin l'heure de la pause café, il était plus que temps! Vous êtes descendus à la cantine. Tandis que vous vous serviez votre café, vous entendez des collègues de travail discuter entre eux. Vous vous apprêtiez à aller les saluer quand vous avez réalisé qu'ils étaient justement en train de parler de vous. Et pas en bien en fait. Vous avez donc écourté votre pause pour remonter illico presto dans votre bureau. Votre supérieure est apparue tel un génie qui sort de sa lampe pour vous donner une nouvelle pile de dossiers à traiter en vous faisant remarquer que vous êtes en retard dans votre travail. Quand vous pouvez enfin quitter le bureau il pleut à boire debout et évidemment, vous n'avez pas de parapluie avec vous. C'est donc sous les cordes que vous attendez l'autobus et sous la bruine, complètement trempé que vous marcher de l'abri-bus à votre demeure. Épuisé, vous avancez le pas traînant. Pendant quelques secondes, vous repensez à votre vie de merde et vous vous dites que si vous pouviez disparaître et aller vivre à Candy Land ce serait merveilleux.

« Hey! Approche! Cette histoire, l'écouteras-tu? »

Vous sursautez et vous tournez pour regarder qui vous interpelle ainsi. Curieux personnage que celui qui vient de vous apostropher de la sorte. Est-ce un homme ou une femme? C'est dur à dire. Même en vous concentrant ardemment, il n'y a pas moyen de distinguer ses traits. Décidément, il n'inspire pas confiance. Ce doit être un de ces clochards ivrognes qui sillonnent les rues un fois la nuit tombée. Comme vous ne désirez pas d'ennuis et espérez rentrer tranquillement chez vous pour vous mettre enfin au lit et oublier votre dure journée, vous accélérez le pas en espérant qu'il restera loin derrière celui-là. Néanmoins, au bout d'un moment, vous n'avez pas le choix d'admettre que cet énergumène est persistant. Pire qu'une sangsue, il vous a suivi. Pas question de laisser un individu aussi louche connaître votre adresse. Vous vous arrêtez et il s'empresse de vous rejoindre.

« Je ne m'étais pas trompé! Cette histoire, tu l'entendras... »
« ... » Est-ce que vous avez vraiment le choix d'entendre ou non cette histoire? Si on vous demande votre avis, vous n'en avez pas envie. Tout ce que vous voulez c'est vous débarrasser de cette chose à la voix râpeuse.
« Écoute bien et ouvre grand tes oreilles, commença-t-il avant d'ajouter après un long silence, Tu l'entends, n'est-ce pas? »
« Entendre quoi? » Parce que bien franchement, vous n'entendez absolument rien en-dehors des gouttes de pluie qui tombent sur les toits des maisons environnantes.
« Allez! Fais un effort! Il sera bientôt trop tard! »
« Je n'entends rien, navré. »
« Hum... Ça ne devrait plus tarder... Porte bien attention. Elle est distante cette clameur. Ne l'entends-tu pas se rapprocher de plus en plus? C'est un bruit qui est tout et rien à la fois. Je sais que tu peux! Nous sommes pareils toi et moi. »

Pareils? Vous et lui? Non, vous êtes vraiment différents. Vous ne voulez pas être associé à un déchet pareil. Vous vous apprêtez à partir, las de cette discussion énervante quand vos oreilles captent quelque chose que vous n'avez jamais entendu. Il vous semble percevoir un étrange son parmi les échos de la nuit en ville. Est-ce de cela que cet étranger parle?

« Tu l'entends maintenant, n'est-ce pas? Et si rien n'était ce qu'il paraît être? Le croirais-tu? Ce bruit, c'est celui de la vérité qui étouffe. As-tu déjà songé que derrière chaque chose, une autre se cachait? T'es-tu déjà demandé si les règles qui régissent ce monde n'étaient pas les seules? Je te suggère de commencer à te poser des questions avant que tout ne bascule sans que tu ne puisses plus rien y faire. Bientôt, il sera trop tard, tout changera sans que tu ne puisses rien y changer. Dépêche-toi de préparer ton esprit à de grands bouleversements; d'une minute à l'autre, tout devrait se métamorphoser. Nous tenons à te prévenir: il ne sert à rien de fuir, les événements te poursuivrons jusqu'à ce qu'ils te trouvent. Nul ne peut échapper à son destin... Une fois qu'on atteint le fond et qu'on souhaite fuir le quotidien, nous sommes servis pour nous retrouvez dans pire situation. Il n'y a pas de merveilleux. Il n'y a que la mort et la désolation. Nous t'avertirons aussi de ceci; tous ceux qui n'affrontent pas leur avenir finissent par tomber dans la folie la plus profonde. Fais en sorte que ça ne soit pas ton cas. Suis notre conseil: quand la vérité cognera à ta porte, ne t'enfonce pas dans le mensonge plus longtemps. Ce sera la fin du cauchemar. Nous, nous avons trop tardé. Pour la dernière fois, la vérité viendra nous chercher, nous devrons nous rendre à son cruel jugement. Il n'y a qu'un moyen d'y échapper, mais il faut qu'on t'accorde le passage et n'y entre pas qui veut... Souviens-toi bien de ce que je t'ai dit... »

Sans rien ajouter de plus, l'incongru personnage poursuit sa route. L'étrange bruit que vous entendiez ne se manifeste plus. Vieux fou. La fatigue vous aura fait halluciner. Quand à ce type, il doit avoir consommé du fort. Ce qu'il a raconté n'avait aucun sens. Comme si la vérité était un être vivant... Chassant ces étranges propos, vous rentrez enfin chez, vous allez dormir.

_________________________________________________________

« Game over. Tu as perdu la partie... »

Un être à l'allure maladive se tient devant vous dans ce monde de brume. Vous êtes au pays des rêves. Les plus fous qui soient. De quel jeu parle-t-il donc?

« Souhaites-tu jouer à nouveau? Je vais t'accorder le passage. »

Le passage, n'était pas ce qu'il fallait pour éviter d'être attrapé par la vérité? Peut-être bien était-ce de cela que parlait l'étranger... Ce n'était qu'un rêve, alors pourquoi ne pas tenter la chose? Rien de mal n'en sortirait. Le matin reviendra bien assez vite, comme toujours.

« Comme vous le souhaitez... Bon séjour à Wonderland! »


_________________
psmaksnjknvjnsvjkskml;msknjkngksjn;klsmcl;m,cklsnj

gdjpsmkck


dkgjsf,k;mckvm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamzz-hime.grafbb.com
 
Contexte du forum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreamzz Hime :: Tests :: Codes particuliers pour forum :: Test Wonderland's Game-
Sauter vers: